Développement personnel

Comment être plus indulgent avec soi-même ?

Comment être plus indulgent avec soi-même ? En développant l’art de l’auto-compassion et de la bienveillance, en faisant preuve de gentillesse et de compréhension.

Femme tenant une guirlande en forme de coeur

15 octobre 2020

La petite (et parfois puissante) voix que nous entendons dans notre tête joue un rôle important en influençant nos comportements et nos émotions. Lorsque cette voix est positive, notre humeur s’améliore et notre estime grimpe en flèche. Lorsque son discours est négatif, en revanche, nos émotions sont volatiles : nous passons rapidement de la tristesse, à la colère en passant par le stress. C’est lorsque cette petite voix est négative que nous sommes plus enclins à céder à des envies ou à des tentations, plus prompts à jeter l'éponge, tout simplement.

Identifier ses pensées négatives

La façon dont nous nous voyons et dont nous percevons le monde est influencée par notre personnalité (certaines personnes sont naturellement plus optimistes que d'autres) et par nos expériences de vie. Lorsque “la petite voix” profère un discours négatif, nous l’associons à des pensées ou des croyances déformées qui ont été acquises au fil du temps. Voici quelques exemples de pensées négatives/déformées. Apprendre à les identifier est la clef pour les repousser :

  • “La catastrophisation” : vous croyez que ce qui s'est passé ou se passera est si terrible que vous ne pourrez pas le supporter. Exemple : "Ce serait horrible si je fumais une cigarette."
  • La généralisation : en généralisant à outrance, vous identifiez un schéma global négatif basé sur un seul incident. Exemple : "J'ai cédé à une cigarette. Je n'arriverai jamais à arrêter."
  • Tout ou rien : la plupart de nos actions se situent dans une subtilité qu’il faut nécessairement appréhender et prendre en compte, tout n’est jamais tout noir ou tout blanc. Exemple : "Personne ne me soutient, personne ne m’aime." ou "J'ai fumé, donc j'ai échoué."
  • La sur-interprétation : interpréter les événements en fonction de la façon dont vous pensez que les choses devraient être plutôt que de se concentrer simplement sur ce qui est n’est pas une bonne solution. Exemple : "Je devrais me sentir mieux." ou encore “Je ne devrais plus avoir envie de fumer maintenant.
  • La personnalisation : vous vous accusez vous-même de manière disproportionnée. Exemple : "Je n'ai pas encore arrêté parce que je ne suis pas assez fort."
  • “Et si” : lorsque vous pensez constamment aux possibilités/événements futurs en n'étant jamais satisfait d'aucune des réponses. Exemple : "Et si le patch ne fonctionne pas ?" ou "Et si je rechute et que je fume à nouveau ?!"
  • Le raisonnement émotionnel : lorsque vous laissez vos sentiments guider votre interprétation de la réalité. Exemple : "Je suis stressé, j'ai besoin de fumer."
Femme qui sourit en ayant les yeux clos

Apprendre à être indulgent avec soi-même

Nos croyances et notre vision du monde sont influencées par nos expériences de vie. Tout le monde connaît des défis, des événements malheureux et parfois même des traumatismes. Il est facile de se concentrer sur ces expériences négatives ou d'acquérir la conviction que nous sommes de mauvaises personnes, que nous méritons de mauvaises choses, que nous sommes impuissants à changer le monde qui nous entoure. Ce n'est pas vrai. La manière dont nous voyons le monde est un choix. Pour se défaire de cette négativité et apprendre à être plus indulgent avec soi-même, lorsque des schémas de pensées négatives apparaissent, obligez-vous à commencer vos phrases par :

Être indulgent avec soi-même consiste à agir de la même manière envers soi-même qu’envers quelqu’un d’autre lorsque l'on traverse une période difficile. Irions-nous dire à quelqu’un qu’il n’est pas assez fort, pas assez courageux, qu’il échouera toujours ? NON ! Être indulgent avec soi-même implique de faire preuve de la même gentillesse et de la même compréhension.

Les choses ne se passeront pas toujours comme nous le souhaitons, ou comme nous l’avions anticipé. Nous rencontrerons des frustrations, des pertes, nous ferons des erreurs, nous nous heurterons à des obstacles et atteindrons parfois nos limites. Nous ne serons pas toujours à la hauteur de nos idéaux. Apprendre à être indulgent avec soi-même adoucit ces moments difficiles et rend la vie plus belle.

Si vous avez besoin de soutien, n’hésitez pas à rejoindre notre groupe d'entraide !

Article similaire

Flèche de droite

D'où vient le sentiment de honte et comment le surmonter ?

Le processus de sevrage est un voyage parfois long et sinueux. Certains se laissent à penser que leur voyage suivra un chemin calme et tranquille jusqu'à sa destination finale. Mais la réalité est que ce sentier peut comporter quelques bifurcations et de nombreux détours inattendus, provoquant ainsi des sentiments non-désirés perçus négativement. C’est le cas du sentiment de honte.