Astuces

Cigarette et dépression — y a-t-il vraiment un lien ?

Beaucoup se demandent s'il y a vraiment un lien entre cigarette et dépression. La situation est nuancée, et il existe des astuces pour faire face au blues lié au sevrage tabagique.

femme qui pleure avec un sourire dessiné sur un papier devant sa bouche.

2 avril 2019

L’arrêt du tabac peut être une épreuve qui se traduit par des réactions multiples du corps et du mental. Cela en pousse certains à associer le sevrage tabagique et la dépression. En fait, rien n’est plus faux. Il faut en effet bien distinguer ce qui relève de la dépression, de la simple déprime, de l’anxiété et de l’irritabilité. A terme, dire adieu à la cigarette est même bénéfique à votre humeur. Dans cet article, Kwit aborde ce lien entre cigarette et dépression et vous donne différentes pistes pour faire face au blues lié à l’arrêt du tabac.

Ne pas confondre dépression et déprime

Il faut le reconnaître, la déprime est un symptôme fréquent de sevrage. Chacun le dira avec ses mots : « Depuis que j’ai arrêté de fumer, j’ai le cafard, j’ai le blues, c’est la loose ». En effet, la nicotine contenue dans les cigarettes permet d’activer les circuits de la dopamine, de la sérotonine et de la noradrénaline, hormones associées au plaisir et au bonheur. Fumer amène donc un état de bien-être relatif chez beaucoup de fumeurs, et dire adieu à la cigarette fait disparaître ce sentiment ponctuel, ce qui peut favoriser les rechutes. Toutefois, cette baisse du moral, cette déprime passagère ne doit en aucun cas être confondue avec une véritable dépression.

Mais y a-t-il vraiment un lien entre cigarette et dépression ? Cette question fait débat et mérite d’être éclaircie.

Quel lien entre tabagisme et dépression ?

Le tabagisme conduit-il à la dépression ou bien est-ce la dépression qui conduit au tabagisme ? Que disent les études scientifiques ?

« Des études ont été menées auprès d'adolescents, montrant que ceux qui présentent une pathologie dépressive ont deux fois plus de risque de présenter une dépendance à la nicotine, toutes choses égales par ailleurs, comme l'environnement social et familial :

  • Ainsi, les faits montrent qu'à long terme, les adolescents fumeurs sont aussi ceux qui rapportent davantage d'épisodes dépressifs.
  • Cela est d'autant plus vrai pour les adolescents affirmant que le tabac a un effet sur leur humeur. De fait, cette interrelation entre tabac et dépression perdure au-delà de l'adolescence et plusieurs enquêtes (Arch Gen Psychiatry, 1993 & 1996) ont établi le chiffre des états dépressifs deux fois plus importants chez les fumeurs. »

Cela tend à faire penser que ce n’est pas l’arrêt du tabac qui mène à la dépression, mais plutôt que c’est la dépression qui incite à fumer. De plus, d’autres études mettent en avant qu’à l’issue du sevrage tabagique, les ex-fumeurs sont globalement moins dépressifs, moins anxieux, et que leur humeur et leur qualité de vie se sont améliorées.

Ainsi, soit les personnes qui se disent dépressives pendant leur sevrage tabagique confondent déprime et dépression, soit elles ont déjà un état antérieur et latent de dépression attribué à tort à l’arrêt du tabac que la cigarette camouflait.

femme qui tient un sourire dessiné sur un papier devant sa bouche.

Quelques conseils pour les personnes qui souffrent de dépression ou qui se sentent déprimées pour réussir à arrêter de fumer

Il est important de souligner que si vous êtes sujet à une dépression chronique, il est préférable de la traiter, autant que faire se peut, avant d’entreprendre un sevrage. Cela augmentera d’autant plus vos chances de réussite.

Pour réussir à arrêter de fumer alors que vous vous sentez déprimé, vous pouvez opter pour plusieurs méthodes :

  • Faire du sport pour vous changer les idées et vous dépasser.
  • Vous faire plaisir autrement, par exemple en utilisant l’argent économisé pour faire quelque chose que vous vouliez faire depuis longtemps.
  • Pratiquer la relaxation, la méditation ou le yoga pour vous détendre et résister face au stress.
  • Vous pouvez également lire cet article où vous trouverez quelques conseils complémentaires.

Dans tous les cas, il est important que vous identifiiez ce qui vous motive à arrêter de fumer, et que vous gardiez toujours ces raisons à l’esprit. Elles vous aideront à tenir lors des moments compliqués.

Votre sevrage tabagique est également le moment idéal pour changer vos habitudes et notamment pour rester ou apprendre à être positif. En effet, la pensée positive vous aidera à traverser cette épreuve en laissant de côté votre déprime et votre blues.

N'oubliez pas que les symptômes dépressifs disparaissent généralement en moins de deux mois. Pour vous aider à traverser au mieux cette période, n’hésitez pas à rejoindre le groupe des Kwitters sur Facebook. Vous y trouverez des personnes qui vous comprennent, car ils traversent ou ont traversé la même chose que vous. Ce groupe est un espace d’échange et d’entraide où vous trouverez du soutien. Enfin, n’hésitez pas à télécharger Kwit, notre application d’aide au sevrage tabagique dont le mot d’ordre est la bienveillance. L’application vous aide à suivre votre progression depuis le moment où vous avez décidé d’arrêter de fumer, et vous encourage avec des messages personnalisés. Vous ne déprimerez pas avec Kwit !

Enfin, il est important d’ajouter que si le sentiment de déprime persiste, consulter un spécialiste peut être une solution à envisager.

Pour plus de conseils suivez nous sur Facebook, Instagram, Twitter et LinkedIn !

Article similaire

Flèche de droite

Arrêter de fumer : l’importance de la pensée positive

Lorsque vous décidez d'arrêter de fumer, il est essentiel d'être indulgent avec vous-même : d’où l’importance de la pensée positive !