Entreprise

Le tabac en entreprise

De plus en plus d’entreprises prennent conscience que leur performance est directement impactée par la santé et l’hygiène de vie des salariés. C’est précisément pour cette raison que certaines organisations ont développé des programmes anti-tabac visant à améliorer la Qualité de Vie au Travail de leurs employés.

Deux femmes en entreprise à la pause cigarette

16 octobre 2018

Une entreprise sans tabac — quel intérêt ?

Les fumeurs en entreprise, privilégiés face aux non-fumeurs ? C’est en tous cas l’avis d’une société au Japon, Piala Inc., qui a décidé de mettre en place une nouvelle mesure : un article du Point International révèle que depuis le début de l’année 2017, six jours de congé supplémentaires sont accordées aux salariés non-fumeurs dans cette entreprise japonaise. Le PDG s’explique : les fumeurs de Piala doivent se rendre plusieurs fois par jour au sous-sol de l’entreprise pour leurs « pauses clopes », or les bureaux de Piala se situent au 29ème étage du bâtiment. Au total, l’entreprise a constaté une différence non-négligeable entre le temps de travail effectif de ses salariés fumeurs et celui des non-fumeurs. Les six jours de congés visent ainsi à équilibrer les heures de travail en récompensant la plus grande productivité des non-fumeurs de la société, mais également à inciter un maximum de ses employés à arrêter de fumer.

Les entreprises s’impliquent de plus en plus dans la santé de leurs salariés. Comme Piala, beaucoup investissent dans des programmes de sensibilisation au sevrage du tabagisme au travail. En Chine, le Hong Kong Council on Smoking and Health (COSH) a créé le «  Smoke-free Workplace Leading Company Awards  », un prix qui a attiré plus de 200 entreprises. Cette initiative témoigne de la volonté des dirigeants d’entreprise à s’impliquer dans la lutte contre le tabac et à veiller ainsi à la santé de tous leurs salariés. De fait, les programmes anti-tabac ne visent pas seulement la santé des fumeurs, mais aussi celles des non-fumeurs, victimes des « fumées secondaires » de leurs collègues.

Le tabac au travail, un réel coût pour l’entreprise. Les pauses régulières pour fumer, les arrêts maladies ainsi que les difficultés de concentrations plus fréquentes chez les fumeurs que chez les non-fumeurs sont autant de facteurs qui diminuent la performance des employés et par conséquent la productivité d’une entreprise. Selon une étude de l’Université de l’Ohio réalisée en 2013, en prenant en compte le taux d’absentéisme et les charges sociales, un fumeur coûte en moyenne 5200€ par an à son entreprise. La santé des salariés a donc réel impact à la fois sur leur bien-être et leur motivation, et sur la productivité de l’entreprise.

Une politique anti-tabac donne une bonne image de l’entreprise. En plus de la hausse de la productivité, une entreprise qui met en place des mesures anti-tabac soigne son image auprès de ses salariés mais également de ses clients et partenaires externes qui voient en elle une société responsable et engagée.

La tendance qu’ont les dirigeants à accompagner leurs salariés au sevrage se révèle ainsi bénéfique tant pour la santé des employés que pour celle des entreprises.

Est-ce réellement le rôle de l’entreprise d’accompagner ses salariés dans leur volonté d’arrêter la cigarette ?

C’est en tous cas le souhait d’en moyenne 48% des fumeurs d’une entreprise.

Deux femmes en entreprise à la pause cigarette
— Quitterie C.