Témoignages

Parole de Kwitter — le témoignage d’une personne déterminée

Les témoignages d’anciens fumeurs sont très utiles pour les personnes qui ont décidé d’arrêter la cigarette, mais qui ont besoin d'un petit coup de pouce pour se lancer.

femme de dos

26 juin 2020

Le Kwitter qui a accepté de nous parler a préféré rester anonyme et a choisi de se faire appeler par ses initiales : CSC. Dans cet article, CSC se confie et partage avec vous ses succès et moments difficiles.

“Une de mes collègues était fumeuse et c'est elle qui m'a donné ma première cigarette.”

J'ai fumé ma première cigarette à 19 ans. Je venais de vivre ce qui semblait être mon premier véritable traumatisme d'adulte et je travaillais à temps partiel pendant mes études. J'étais entourée d'un groupe de collègues. J'ai vraiment apprécié travailler avec eux, c'était l'époque où je devenais une jeune femme. Une de mes collègues était fumeuse et c'est elle qui m'a donné ma première cigarette. Il a fallu un certain temps à mon corps pour s'habituer à la nicotine contenue dans les cigarettes, je me souviens que j'avais souvent mal à l'estomac et même des nausées au début. Mais au bout d'un certain temps, elle et moi sommes devenues “copines de pause cigarette” et j'ai continué à fumer jusqu'à l'âge de 37 ans.

“Un arrêt brutal : pour devenir la personne que je voulais être.”

J'ai arrêté de fumer le 26 décembre 2018, j'avais 37 ans. À ce moment-là, je fumais 5 à 6 cigarettes par jour.

J'étais au téléphone avec ma famille, et la conversation m’a émue. Lorsque j'ai raccroché, quelque chose en moi m'a fait comprendre que pour que les autres me prennent au sérieux dans la vie, il fallait d'abord que je me prenne au sérieux. Il fallait que je sois honnête avec moi-même sur la personne que j’étais et la personne que je souhaitais devenir. Être fumeuse ne correspondait pas à cette vision de mon moi idéal. Honnêtement, je n'étais pas préparée, et ça a été assez brutal.

“La plus grande difficulté que j'ai surmontée était de comprendre que je n'ai pas besoin de cigarettes pour survivre.”

Les premiers jours sans cigarettes ont été difficiles mais gérables. Au fil du temps, les symptômes de sevrage se sont intensifiés : toux pendant la journée et toux extrême pendant la nuit, expulsion de mucus, irritabilité, sensibilité intense conduisant à des crises de larmes, insomnie, tempérament exacerbé et excitation. Je savais que des symptômes de sevrage apparaîtraient, mais je ne savais pas qu’ils seraient aussi présents. La plus grande appréhension que j'ai surmontée, même si cela n'a pas été facile, est que je n'ai pas besoin de cigarettes pour survivre, pour m'aider à être à l'aise avec moi-même, avec mon moi moins extraverti ou pour apaiser les douleurs de la solitude que je ressens de temps en temps.

“Je réalise que je suis humaine et je me donne la permission de faire une erreur.”

En fait, j'ai fait un écart il y a deux jours. J'ai fumé une cigarette et demie et je m'attendais à culpabiliser, à être dure avec moi-même pour avoir fait ce choix. Mais après une journée à me laisser le temps de me remettre et à analyser mes émotions, je réalise que je suis simplement humaine et que je dois me donner la permission de faire des erreurs. Je ne me vois pas redevenir une fumeuse active et je sais que le pouvoir de la volonté que j'ai exercé au cours de cette dernière année et des quelques mois écoulés peut continuer à me guider sur la voie du sevrage tabagique.

“Maintenir une relation plus saine avec mes émotions.”

Je dirais que les stratégies que j'utilise et que j'ai utilisées pour faire face à mes envies sont une combinaison de : manger quand je le souhaitais, de faire de l’exercice, de boire de l’eau, le fait de dire tout haut quand j'ai une envie de fumer et de maintenir une relation plus saine avec mes émotions.

exploits d'un kwitter

“Mon expérience de Kwitter.”

Je ne me souviens pas comment j'ai découvert l'application Kwit. Ce que j'aime le plus dans l'application, ce sont tous les détails et les rappels sur vos progrès. L'application m'a aidée à réaliser que je rendais service à mon corps en retirant les cigarettes de ma vie.

Je conseillerais aux Kwitters potentiels de continuer à rêver, à souhaiter et à imaginer la vie qu'ils aimeraient avoir autant que possible. À un moment donné, ces désirs seront plus forts que la voix qui vous dit de prendre une cigarette.

Si vous avez besoin de soutien, n’hésitez pas à rejoindre notre groupe d'entraide !

Article similaire

Flèche de droite

Parole de Kwitter — le témoignage d'Evy

Les témoignages d'anciens Kwitters aident nos utilisateurs actuels à se lancer dans leur voyage vers une vie sans tabac. En plus d'être motivants, ils permettent également de se sentir soutenu et compris.