Témoignages

Parole de Kwitter — le témoignage d'Evy

Les témoignages d'anciens Kwitters aident nos utilisateurs actuels à se lancer dans leur voyage vers une vie sans tabac. En plus d'être motivants, ils permettent également de se sentir soutenu et compris.

portrait d'une femme

18 mars 2020

« Ce qui a été un déclencheur, c’est le fait de ne plus être acceptée socialement »

J’ai fumé ma première cigarette avec mes camarades de classe, j'avais environ 13 ans. Tous les samedis, on se retrouvait au marché et on allait fumer des cigarettes dans une ruelle où on ne pouvait pas nous voir. A l'âge de 16 ans, j'ai commencé à fumer plus régulièrement.

Quand j’ai décidé d’arrêter, j’avais 39 ans et je fumais 12 cigarettes par jour en moyenne. Certains jours c’était un peu plus, d’autres un peu moins. J’ai commencé à me soucier des effets que la cigarette avait sur moi, comme la toux dès le matin. Physiquement, ma santé s’était beaucoup détériorée.

Mon partenaire, qui ne fume pas, avait déjà laissé entendre à quelques reprises qu'il aimerait que j’arrête. Et ce qui a été pour moi un déclencheur, c’est le fait de ne plus être acceptée socialement. Dans mon cercle d'amis, presque plus personne ne fumait. Vous êtes considéré(e) comme un paria, comme si vous étiez un criminel. Je me sentais très mal à l'aise à ce sujet.

Avant de m’arrêter pour de bon, je suis passée par quelques échecs. Cette fois, j'ai essayé avec Champix, un médicament d’aide au sevrage. Ça fait presque 6 mois maintenant que j’ai arrêté, et ça fait du bien.

« Fumer une cigarette était mon moment d’évasion »

Les premiers jours sans cigarettes, je passais vraiment par de mauvaises passes. Le médicament les a peut-être rendues plus supportables, mais en plus de l’addiction, je devais aussi surmonter l’habitude de fumer. Je fumais principalement à des heures fixes, donc quand j’ai arrêté, à chaque fois qu’on arrivait à une heure à laquelle je sortais normalement fumer une cigarette, je me sentais un peu perdue. A cette époque, j’ai eu beaucoup de mal et j'avais facilement des envies de fumer. Aujourd'hui, il m’arrive encore d’en avoir…

Pour moi, la cigarette était aussi principalement liée au stress (au travail). C’était mon moment d'évasion quand j'avais du mal à m'en sortir ou que j'avais besoin d'une pause. J'étais inquiète à ce sujet quand j’ai arrêté, mais j’ai finalement réussi à vaincre ces envies.

J'ai fait une rechute : à la Pentecôte, il y a toujours des festivités dans notre église. J'ai bu un petit verre et je me suis laissée séduire par une cigarette. L'alcool est un déclencheur pour moi, mais après ça, je n’ai plus fumé et j’ai évité l'alcool et le stress autant que possible.

Parfois, j’ai envie de fumer, mais pas autant qu'au début. Personnellement, je pense que l’envie ne disparaîtra jamais, mais elle devient plus supportable. Par contre, la dépendance à la cigarette a disparu, et j'en suis très heureuse.

Mon expérience avec Kwit

J’ai découvert Kwit par l'intermédiaire d'un ami qui a aussi arrêté entre-temps.

Ce que j’aime le plus, c’est que l’appli est motivante. J'aime le fait qu’on reçoive des rapports sur notre santé, par exemple, le dernier que j'ai reçu est : « vous êtes moins sensible aux maladies ». Et c'est vrai, je remarque déjà une énorme différence.

écran de bord de l'application Kwit

Mon conseil aux Kwitters et futurs Kwitters

Faites-le, c'est tout. On se sent mieux dans sa peau. La dépendance disparaît. Ce n'est pas facile, je pensais que je n'y arriverai jamais, mais ça vaut le coup d’essayer.

Vous avez arrêté de fumer avec Kwit ? N’hésitez pas à nous contacter à hello@kwit.app, nous aimerions beaucoup en savoir plus sur votre expérience de Kwitter. Comme Evy, racontez-nous votre chemin vers une vie sans tabac !

Article similaire

Flèche de droite

Parole de Kwitter — le témoignage de Leraphistador

Les témoignages d'anciens fumeurs permettent d'encourager et d'apporter du soutien aux personnes qui aimeraient arrêter de fumer mais qui hésitent à se lancer. Il est important pour ces futurs Kwitters de savoir qu'ils sont tout à fait capables d'arrêter de fumer, eux aussi.